Toit terrasse, toit plat végétalisé, toit plat,

accessible, inaccessible…

 

Le toit terrasse (donc accessible) est, comme son nom l’indique, un toit plat où l’on peut installer un lieu de vie en plein air. Il est « presque plat » et nécessite peu de pente mais suffisamment pour assurer l’évacuation des eaux de pluie. Sa mise en œuvre est très technique et nécessite à la fois une structure solide, installée sur des pieux conséquents et des fondations solides (semelles isolées), l’ensemble capable de supporter la charge : la structure, l’isolation, l’étanchéité, et la terrasse proprement dite avec ses occupants. Il nécessite une « étude béton » sérieuse. Le secret de la réussite, c’est la qualité de l’étanchéité… En matière de sécurité, cette terrasse sera obligatoirement protégée par un garde-fou.< /p>

 

Le toit plat végétalisé est dit « inaccessible » au sens réglementaire du terme, mais on peut grimper dessus ne serait-ce que pour en assurer l’entretien aussi facile et peu fréquent soit-il. C’est un outil écologique performant. D’une part, il préserve des UV, et du rayonnement thermique solaire, les matériaux d’étanchéité du toit plat ; d’autre part il constitue une protection contre les chocs thermiques (jour/nuit par exemple).

Le substrat constitue un excellent isolant acoustique, il absorbe efficacement les ondes sonores et de ce fait atténue activement les nuisances sonores urbaines et aériennes. La végétalisation est constituée de sedums, plantes grasses rases, qui ont la faculté de se développer dans un substrat très pauvre, ce qui interdit tout développement des adventices («mauvaises herbes»).

 

Le bac acier, galvanisé, laqué, teinté ou zingué, c’est un matériau de couverture (toit plat « inaccessible ») qui nécessite certes une mise en œuvre sérieuse mais des charpentes plus légères et donc moins onéreuses. Souvent utilisé en trompe-l’œil il passe pour un toit végétalisé au regard du passant (qui ne discerne généralement que l’acrotère). Du meilleur effet, il est utilisé, et se complaît, avec les architectures modernes (cubes) et contemporaines ou pour couvrir le garage, l’abri de jardin… L’inclinaison du toit doit être comprise entre 5 et 15 %, pour l’évacuation des eaux, mais la pente est cachée au regard et ne pose aucun problème graphique).

Solide, élégant, facile à mettre en œuvre donc moins cher, c’est un matériau parfait pour imiter le toit plat. Il est vrai qu’il lui est souvent reproché d’être bruyant (pluie, grêle) et piètre isolant. Que nenni ! FranceMaisons-idf l’utilise fréquemment et prend les dispositions pour éradiquer complètement ces « tares »).

FranceMaisons-idf